Centre Missionnaire Carhaix - Regard d'Espérance       Agrandir...  

L’entretien du mois :
Magistrat de grande expérience,
Mlle Daverat évoque
la difficile mission du juge

Un entretien avec Mlle Simonne Daverat

  • Souvenirs d'une enfance paysanne, en terre landaise
  • Le Sud-ouest et la Bretagne : terroirs de traditions rurales...
  • Juge d'instruction: un métier passionnant et exigeant...
  • Lettre d'un condamné à son juge d'instruction...
  • «Les tribunaux sont un miroir de la société...»
  • Internet: les risques et périls judiciaires du virtuel...
  • «Je suis venue pour la première fois au Centre Missionnaire en 1971...»
  • «Etre en Bretagne est toujours pour moi un plaisir...»
   
 
Dans ce numéro...
 
Editorial : «Dans la mare aux grenouilles» ?
Interview : Magistrat de grande expérience, Mlle Daverat évoque
la difficile mission du juge - Un entretien avec Mlle Simonne Daverat
Une très intéressante initiative...

Echos du Poher :
- Kergloff : Quand les Drahthaar ratissent la campagne...
- Carhaix : «Les Maréchaux de l'Arrée»

Rubrique historique : En 1776, la ville de Carhaix allait-elle enfin
posséder un Hôtel de ville ?
Conseils pratiques
Mots d'enfants
Pour pouvoir voter en 2012...
Economie et société :
La pauvreté, la faim...
une réalité qui ne doit pas laisser indifférent
Histoire authentique :
1942, à Berlin : un Noël inattendu
pour cinq prisonniers de guerre français...
Nouvelles brèves
La baignoire qui valait 800000€…

Où était passé le fétiche ?

Paroles de sagesse
Conseil du médecin : Dr Emile Louédin
Viande, poisson...
des substances indispensables pour notre santé
Quelques échos du Centre Missionnaire...
 

 
Retrouvez les derniers n° de Regard d'ESPERANCE
 
Archives
 

 
Découvrez le Centre Missionnaire...
 

 
Revues publiées au Centre Missionnaire...
 

 
Pour nous contacter...
 
 

«Le moment où l’on rend le verdict en Cour d’Assises a toujours été pour moi l’un des plus difficiles.
Et ce, quel que soit le verdict: condamnation ou acquittement… parce que ce sont des décisions lourdes de conséquences pour les personnes, pour leur vie, leur avenir, que c’est l’aboutissement de toute une phase de vie aussi bien pour l’accusé que pour la victime.
Il y a souvent des réactions fortes des uns et des autres. C’est un moment chargé de tension et d’émotion extrêmes pour tout le monde», nous a confié Mlle Daverat.
D’une voix posée et douce, légèrement empreinte des tonalités chantantes de son Sud-ouest natal, Mlle Daverat s’exprime avec la mesure, la recherche du mot juste, les pauses nécessaires à l’analyse et à la réflexion que lui ont sans doute léguées des années d’exercice d’une profession qui les requiert: magistrate…
Le sourire qui éclaire souvent son visage et ses yeux d’un éclat bienveillant ne laissent guère imaginer que l’on se trouve face à un juge, tant la sympathie qu’elle manifeste avec naturel est loin de l’image que l’on peut se faire inconsciemment de la sévérité de la justice !
Amabilité sans affectation, attention instinctive à l’autre, convivialité, simplicité et modestie toutes naturelles se dégagent de la personnalité de S. Daverat; tout comme son souci du détail, sa rigueur, sa ténacité révèlent la femme habituée à évaluer et à rechercher la réalité des faits...

(Entretien recueilli par Samuel Charles)

 

 
Editorial par Yvon Charles
«Dans la mare aux grenouilles» ?
«Le premier gredin qui me mettra en colère me tuera».
C’est ce que déclarait le célèbre physiologue John Hunter.
Quelques jours plus tard, lors d’un congrès médical, un intervenant fit des remarques blessantes le concernant. Lorsqu’il se leva pour attaquer durement son contradicteur, sa colère causa une telle contraction des vaisseaux du cœur, que soudain il tomba mort sur place, à la consternation de l’ensemble de ses confrères.
Ce fait authentique que rapporte le Dr Mac Millen dans son ouvrage "Maladie ou Santé…" illustre les terribles dégâts que la colère, l’orgueil blessé, la soif de vengeance, la haine… peuvent occasionner à ceux qui s’y livrent! mais aussi hélas à ceux qui sont victimes de ces mauvais sentiments et des comportements qu’ils entraînent...
 

 
Regard sur notre temps par S.C.
La baignoire qui valait 800 000 €…
Elle valait «son pesant d’or», cette baignoire assurée pour 800000€!...
Et heureusement que son propriétaire l’avait assurée, car elle a été abîmée par une femme de ménage, employée du musée de Dortmund, en Allemagne, où l’objet avait été placé sous un tas de planches en bois…
Jugeant que cette baignoire à l’allure délaissée avait manifestement besoin d’être nettoyée, cette dame dont il faut saluer le sens des responsabilités et la conscience professionnelle, l’a soigneusement récurée afin d’enlever la couche malpropre qui la recouvrait...