Centre Missionnaire Carhaix - Regard d'Espérance       Agrandir...  

L’entretien du mois :
"Des chemins creux"... aux luttes paysannes,
écho d'une marche forcée vers "un nouveau monde"

Un entretien avec M. Hervé Lostanlen

  • Ce demi-siècle qui a révolutionné les campagnes bretonnes...
  • Pas de routes! Que des chemins creux pour aller au village
  • «Les anciens n'acceptaient pas toujours les nouvelles méthodes...»
  • Le paysan "rouge" ne voulait pas de l'électricité des "blancs"...
  • «Les coopératives agricoles ont parfois dévié de leur objectif».
  • «On prenait le temps de s'arrêter pour parler...»
  • Le "modèle breton": «Nous n'avions pas le choix»
  • Espoirs et limites d'une agriculture biologique...»
   
 
Dans ce numéro...
 
Editorial : «Dis-moi ce que tu plantes...
je te dirai ce que tu récolteras !»
Interview : "Des chemins creux"... aux luttes paysannes,
écho d'une marche forcée vers "un nouveau monde" - Un entretien avec M. Hervé Lostanlen
Des entreprises de pointe en Centre-Bretagne...

Echos du Poher :
- Treffrin : Au son de cornemuses...
- Poullaouën : Une des salles de traite les plus modernes du Centre-Bretagne

Rubrique historique : En 1735 : l'arrestation manquée
d'un déserteur près de Quintin
Conseils pratiques
Mots d'enfants
La reconnaissance de dette
Economie et société :
Le «modèle allemand» :
entre mythe et réalité, un exemple pour la France ?
Histoire authentique :
Le pacte solennel des jumeaux de 14 ans :
Ils étaient prêts à tout pour ne pas être séparés !
Nouvelles brèves
Entrée interdite aux clients en pyjama...

Il attirait une foule de touristes,
mais dépérissait...

Paroles de sagesse
Conseil du médecin : Dr Emile Louédin
Il faut ménager son cou
Quelques échos du Centre Missionnaire...
 

 
Retrouvez les derniers n° de Regard d'ESPERANCE
 
Archives
 

 
Découvrez le Centre Missionnaire...
 

 
Revues publiées au Centre Missionnaire...
 

 
Pour nous contacter...
 
 

«Le syndicalisme agricole a connu de grands «combats», comme la «grève du lait» en 1972, quand nous avons bloqué les laiteries pendant une dizaine de jours. Nous faisions un peu comme les pirates : nous capturions les camions, ou demandions aux chauffeurs d’aller cacher leur camion…
C’était dur à vivre, car nos vaches étaient traites, puis le lait était jeté...
Ces conflits posaient des cas de conscience dramatiques à des agriculteurs qui étaient à la fois syndicalistes et élus dans des coopératives», nous a confié M. Lostanlen.
Tout en ce Breton de la «montagne» d’Argoat – le franc regard, la parole claire et le geste ferme qui la scande… – révèle cette force modeste et paisible que le patient travail de la terre confère souvent aux hommes des campagnes…
La force du propos et la fermeté des convictions s’expriment dans un souci manifeste de justesse, de nuance, de mise en perspective, d’écoute des autres...

(Entretien recueilli par Samuel Charles)

 

 
Editorial par Yvon Charles
«Dis-moi ce que tu plantes... je te dirai ce que tu récolteras!»
«Le combat politique, comme tout combat, doit se mener dans la dignité humaine…»
Cette parole mérite une réflexion approfondie.
C’est Charlie Grall, le militant breton bien connu, qui l’a prononcée lors d’une très intéressante interview qu’il avait accordée à «Regard d’Espérance».
Sa philosophie du combat, combat qu’il mène depuis tant d’années, apparaissait clairement dans cet entretien très riche.
Cette parole a d’autant plus de relief que ce militant de la cause bretonne se tient sur la brèche depuis sa jeunesse.
Rien de lyrique ou de démagogique dans ses propos, ni d’opportuniste, il a tant payé de sa personne et parfois durement, pour que nul ne puisse douter de ses convictions et de la totale sincérité de ses engagements.
Journaliste, il a appris, comme il le dit lui-même, «à peser ses mots»,
et ceux-ci ont donc encore plus de valeur.
...
 

 
Regard sur notre temps par S.C.
Entrée interdite aux clients en pyjama...
L’affichette apposée sur la porte vitrée du supermarché Tesco de Cardiff, au Pays de Galles, le stipule: les clients et clientes qui se présenteraient en pyjama, en chemise de nuit, ou pieds nus (etc.) seraient désormais priés d’aller se rhabiller avant d’entrer dans la grande surface.
Réagissant aux plaintes des chalands choqués, la direction de l’enseigne veut ainsi rappeler à un nombre croissant d’acheteurs prompts à confondre les allées du centre commercial et le couloir de leur «sweet home», qu’une «tenue correcte» minimale est exigée de son aimable clientèle...