Deux ans d’incertitudes, de doutes, d’attentes, viennent de prendre fin le week-end dernier pour M. Alexandru Tica et sa famille, nouveau gérant du commerce flambant neuf de la commune de Treffrin. Pour la commune et ses habitants, c’est huit années de patience qu’il aura fallu pour retrouver enfin un commerce de proximité.

L’inauguration samedi dernier marque une première étape, souligne le dynamique nouveau gérant, qui est sur tous les fronts pour offrir le plus rapidement possible toutes les prestations prévues. 

«Il nous reste encore certains équipements à mettre en place qui retardent un peu la mise en œuvre de tous nos services, mais cela va vite se régler», précise ce dernier qui, perfectionniste et exigeant, n’entend pas sacrifier à la vitesse la qualité à laquelle il tient. 

« Dans ma culture, l’expression “j’ai fait de mon mieux” n’existe pas, tant que tu es vivant, tu peux faire mieux! Alors, il vaut mieux démarrer progressivement et ne pas décevoir».

Ouvrir un commerce de proximité représente un enjeu fort et une aventure pour une commune rurale, qui plus est peut-être pour Treffrin, si proche de Carhaix, avec ses quelque 600 habitants. Mais c’est aussi une aventure humaine peu ordinaire, et à plus d’un titre, pour M. Tica, qui avec sa femme reprend la barre du navire. 

Roumain d’origine, il est arrivé en Bretagne avec son épouse et ses deux enfants il y a à peine trois ans, ne parlant pas un mot de français et laissant derrière lui l’entreprise qu’il dirigeait en tant que responsable commercial depuis 22 ans. En quelques mois de formation à raison de 6 heures quotidiennes, il a appris toutes les finesses de la langue française qu’il maîtrise parfaitement. Incapable de rester inactif, il a accepté des emplois en deçà de ses qualifications, avant d’obtenir un poste de commercial en CDI dans l’entreprise Coïc qu’il vient de quitter pour se lancer dans cette nouvelle activité, pour laquelle il déborde de projets. De son côté, sa femme, spécialisée dans les ressources humaines, a passé un CAP afin de gérer toute la partie restauration. Tous les midis et quelques soirs par semaine pour commencer, plusieurs menus cuisinés sur place seront proposés au Tachen qui renoue ainsi avec son histoire. 

Bar, restauration, alimentation qui privilégiera les producteurs locaux, dépôt de pain, journaux… mais aussi lieu d’information sur la commune, lieu de rencontre… de vie, avec un projet de marché local qui se tiendrait sur le parking les mercredis, un potager, des jeux pour les enfants… Les idées ne manquent vraiment pas au nouveau gérant à la fibre indéniablement commerciale et chaleureuse qui souhaite avant tout s’intégrer à la vie locale. Il a en tout cas déjà su répondre aux attentes de la commune de Treffrin et de Poher Communauté, propriétaires des locaux.