«Quand j’étais à l’école à Plounévez-Quintin, mon instituteur – qui n’était pas un “hussard de la République” mais un fils de paysan du village – ne disait pas un mot sur l’histoire de la Bretagne !

L’école en Bretagne a joué un rôle de coercition, et je dirais même d’abrutissement, en combattant la culture bretonne, et la langue bretonne en particulier…», nous a confié Marcel Le Moal.

Personnage attachant, le «vieux maître d’école» a la jeunesse d’un esprit curieux et industrieux et le verbe aussi élégant que la plume : le lire et l’entendre est un plaisir littéraire où se mêlent avec bonheur l’ancien et le moderne…

Ce «conteur d’histoire» – il préfère ce titre à celui d’historien, à ses yeux immérité – est en outre habité par un fin humour et une grande humanité qui sèment de savoureuses et subtiles notes dans la partition de ses propos, volontiers abondants quand la musique des mots et le flot de l’érudition l’emportent au gré d’une pensée cependant précise et méthodique…

Télécharger l’article complet au format PDF