Le célèbre violoniste Nicollo Paganini (1781-1840), avait pu acquérir un instrument rare ; un Stradivarius à la sonorité tout à fait exceptionnelle. Comment le mettre en valeur se demandait-il ? En l’utilisant pour une première, avec une œuvre qui se devait d’être elle aussi d’une beauté inégalable. Il décida de demander au chef d’orchestre Hector Berlioz (1803-1869) de composer une œuvre spécialement pour mettre en valeur le Stradivarius si précieux. Berlioz composa donc  le premier mouvement d’un concerto, mais il ne plut pas du tout à Paganini. Il trouvait qu’il manquait de brio, et affirma au compositeur qu’il ne jouerait jamais cette musique-là.

Berlioz pourtant poursuivit son œuvre qui aboutit à la symphonie “Harold en Italie”. Elle fut exécutée par un autre violoniste, et remporta alors un véritable triomphe. Plus tard, en entendant jouer ce concerto, Paganini comprit son erreur. Bien que malade, il vint féliciter Berlioz et lui fit transmettre un don important. Mais rien ne pouvait compenser l’occasion manquée ! Ne vous arrive-t-il pas aussi de manquer des occasions ?

En fait, les hommes font souvent des choix qu’ils regrettent ensuite. Ainsi, tous nous voulons réussir notre vie, connaître le bonheur et un véritable épanouissement, mais prenons-nous vraiment les moyens pour arriver au but ?

Pensez-vous qu’il soit possible de réussir sa vie ? De ne pas avoir de regrets ? D’affronter la mort et la perspective de l’éternité l’âme en paix ? Oui cela est possible. Des multitudes, à toutes les époques et sous toutes les latitudes, peuvent témoigner que l’évangile apporte la réponse aux besoins fondamentaux des hommes.

Pourtant la plupart méprisent la Bible et son message. Dans ce «Livre», Dieu se révèle, et fait connaître aux hommes le chemin du pardon, de la paix, du bonheur véritable, qu’il  donne à tous ceux qui viennent à lui dans une simple prière, dans une démarche de repentance, dans un élan d’humilité et de foi en Jésus le Fils de Dieu qui a dit : «Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père (à Dieu) que par moi» (La Bible). 

F.K.



Ci-dessus sur l’illustration : le célèbre violoniste Nicollo Paganini (1781-1840)